Un peu d’histoire

La légende dit que le thé serait né en Chine autour de 2737 avant JC. Shen Nung, une divinité à tête de bœuf qui se reposait au pied d’un arbre, aurait demandé à son serviteur de lui faire bouillir de l’eau. Quelques feuilles se seraient détachées de l’arbre et seraient tombées dans sa tasse. L’arbre était un théier et le thé était né.

Une autre légende tire cette fois sa source en Inde. Elle raconte qu’un jeune prince et moine avait fait la promesse de ne pas dormir pendant sept ans afin d’aller prêcher le bouddhisme partout en Chine. Envahi par la fatigue, il retrouva énergie et vigueur en mâchant quelques feuilles d’un théier et eut ainsi la force d’aller au bout de sa mission.

Outre ces jolies légendes, c’est au Japon et surtout en Chine au VIIIe siècle que le thé est apparu en premier. L’arbuste dont proviennent les feuilles de thé serait d’ailleurs originaire de Chine. 
D’abord utilisé et consommé principalement pour ses propriétés médicinales, le thé est très vite devenu aussi une boisson simplement consommée parce qu’agréable et un élément indispensable dans l’alimentation. 
A cette époque les feuilles de thé étaient broyées et la poudre obtenue compressée en briques, plus faciles à transporter. Pour préparer le thé, on émiettait les briques, on faisait griller un peu la poudre pour des raisons hygiéniques et ensuite on la versait dans de l’eau bouillante puis le thé était servi dans un bol qui passait de main en main.

C’est à cette époque que paraît le premier ouvrage sur le thé : “le classique du thé” écrit par Lu Yu qui codifie le mode de préparation et de dégustation du thé. Les maisons de thé font leur apparition et le thé devient également une source d’inspiration artistique.

C’est sous la dynastie des Ming en Chine (1368-1644) qu’un décrêt stoppe la fabrication du thé en brique. Le thé est à partir de là consommé sous forme de feuilles entières, tel que nous le connaissons aujourd’hui. Ce nouveau mode de préparation du thé a influencé les objets et accessoires autour du thé. Les théières font leur apparition et on le sert désormais dans des tasses individuelles pour en exhaler les odeurs et les saveurs.

Dès le Xe siècle la Chine exporte le thé vers d’autres pays asiatiques mais ce n’est qu’au XVIIe siècle que le thé a été enfin introduit en Europe. L’importation du thé en Occident débute avec la Hollande. La Compagnie des Indes Hollandaises conserve l’exclusivité du commerce du thé jusqu’à la fin des années 1660. Ensuite l’Angleterre charge la Compagnie des Indes Orientales du négoce du thé avec la Chine.

Outre Atlantique, ce sont les émigrants anglais et hollandais qui introduisent le thé, et il va jouer un rôle déterminant dans l’histoire des Etats-Unis. Ce produit, soumis à de lourdes taxes, est, en 1773, boycotté par les colons de Boston.

Le 16 décembre, ils jettent à la mer la cargaison d’un bateau ancré dans le port : c’est la Boston “tea party” qui entraîne des représailles de la part des autorités anglaises contre les habitants du Massachusetts. S’en suivent une série d’événements qui conduiront à la guerre d’indépendance.